Crise épileptique

Une crise est une perturbation transitoire de la fonction cérébrale due à des décharges électriques anormales et excessives dans les cellules du cerveau

Définition conceptuelle de la crise et de l’épilepsie – rapport de 2005

Une crise épileptique est la présence transitoire de signes et/ou symptômes dus à une activité neuronale excessive ou synchrone anormale dans le cerveau. L’épilepsie est un trouble cérébral caractérisé par une prédisposition durable à générer des crises épileptiques et par les conséquences neurobiologiques, cognitives, psychologiques et sociales de cette affection. La définition de l’épilepsie requiert la survenue d’au moins une crise épileptique.

Crises non-épileptiques

Toutes les crises ne sont pas nécessairement épileptiques. Certaines attaques peuvent y ressembler, avec mouvements anormaux (incluant la convulsion), altération de la conscience, ou autre symptôme similaire à une crise épileptique. La différence est qu’elles ne sont pas causées par de l’activité électrique anormale du cerveau. La plupart du temps, les patients présentent soit des crises épileptiques, soit des crises non-épileptiques, mais il peut arriver que les deux types d’attaque soient présentes chez un seul patient.

Les crises non-épileptiques peuvent être physiologiques ou fonctionnelles (aussi appelées psychogéniques).

  • Les crises physiologiques comprennent : syncope (chute de pression, ce qui peut mener à des mouvements de convulsion sans épilepsie), cataplexie (perte de tonus en lien avec une maladie du sommeil) et autres.
  • Les crises fonctionnelles sont causées par des facteurs psychologiques, par exemple un stress important, qui peut s’exprimer comme une crise épileptique.

Les deux types de crise sont involontaires, et ne répondent pas au traitement antiépileptique. Leur diagnostic permet de mieux choisir le traitement adéquat. Parce que les symptômes sont très similaires, il y a parfois malheureusement un délai avant de trouver le bon diagnostic.

Référence : International League Against Epilepsy

Classification des crises

Crises Généralisées Voir PDF pour plus de détails

Impliquant rapidement des réseaux Bilatéraux

Tonico-Cloniques
Cloniques
Tonique
Atoniques
Myocloniques
Myocloniques
Myoclono-atoniques
Myoclono-toniques
Absence
Typiques
Atypiques
Absence avec symptômes particuliers :
-Absences Myocloniques
-Myoclonies palpébrales

Crises focales Voir PDF pour plus de détails

Impliquant des réseaux limités à un seul hémisphère

Caractérisées par un ou Plusieurs symptômes :
Aura
Moteurs
Végétatifs
Conscience / Réponse à la stimulation :
altérée
préservée

Inconnues Voir PDF pour plus de détails

Donnés insuffisantes pour classer les crises comme focales ou généralisées

Spasmes Épileptiques
Autres

Référence : International League Against Epilepsy

Urgences épileptiques

Il n’est pas nécessaire de consulter à l’urgence chaque fois que vous expérimentez une crise.

  • On doit cependant s’y rendre :
  • Quand c’est une première convulsion
  • Lorsque vous n’avez pas le diagnostic d’épilepsie et que vous expérimentez une crise
  • Quand vous avez des blessures à la tête ou blessure physique ayant besoin de soins
  • Quand la crise dure plus que 5 minutes (le cas échéant, appelez l’ambulance)
  • Lorsque la crise occasionne des blessures nécessitant des soins
  • Quand la crise survient dans l’eau (bain, piscine, lac, etc.)
  • Convulsion chez femme enceinte
  • Si les crises sont groupées sans retour d’état d’éveil entre les crises

Témoin d’une crise / À faire en cas de crise

Les crises épileptiques peuvent survenir quand la personne est seule mais aussi, devant des témoins

Lors d’une crise, les témoins :

  • Doivent rester calme
  • Ne doivent pas mettre d’objet dans la bouche de la personne en crise
  • Doivent retirer les lunettes de la personne s’il y a lieu
  • Doivent s’assurer un environnement sécuritaire pour éviter les blessures
  • Doivent noter l’heure précise de début de la crise et évaluer sa durée
  • Doivent demeurer avec la personne après la crise jusqu’au retour de son état basal

Ce qui est normal d’une crise :

  • La personne peut avoir une respiration irrégulière durant la crise et lente et profonde après la crise
  • Couleur bleutée (cyanose) au pourtour des lèvres
  • Des mouvements irréguliers de toutes les parties de son corps

Ne pratiquez pas la réanimation cardiorespiratoire lors de la crise!

Facteurs précipitant une crise

Certain facteurs favorisent la survenue d'une crise :

  • La fatigue
  • La privation de sommeil
  • Le stress
  • Le non adhérence à la médication antiépileptique
  • La surconsommation d’alcool
  • La consommation de drogue

Dans certain cas, une fièvre, un virus, un débalancement hormonal ou une période menstruelle peuvent jouer un rôle favorisant une crise.

Il est recommandé à une personne épileptique de respecter ses limites afin d’éviter de se mettre dans une position favorisant la survenue d’une crise. Cependant, l’épilepsie n’empêche pas une personne de vivre normalement toutefois, il faut vivre intelligemment!

Journal des crises/ décompte des crises

Il est important de tenir un décompte de vos crises car ces observations nous guident grandement dans les choix de traitements et dans le plan d’investigation future. Une bonne observation de crises se définit par le nombre de crises ainsi que sa description.

Pour se faire, il y a de multiples outils déjà existant. La clinique d’épilepsie Neuro Rive-Sud a créé un outil simple et mise en disposition aux patients désirant suivre davantage leur épisode épileptique. Voici le lien : Journal de crises

SUDEP - Sudden, Unexpected Death of Epilepsy Person (MSIE-Mort Subite et Inexpliquée ou inattendue en Épilepsie)

MSIE est l’acronyme de « Mort Subite et Inexpliquée ou inattendue en Épilepsie. Dans les cas de MSIE, aucune autre cause de décès n'est trouvée lors de l’autopsie. La prévalence de ce phénomène est de 1 sur 1 000. Cependant, chez les personnes aillant une épilepsie réfractaire, les risques augmentent à plus de 1 sur 150 personnes. Ces décès soudains sont plus rares chez les enfants mais, ils sont la principale cause de décès chez les jeunes adultes atteints de crises non contrôlées.

Dans ces cas, la personne atteinte d'épilepsie est souvent retrouvée inanimée en position repos (quelques fois, visage retourné vers l’oreiller) et ne semble pas avoir eu une crise convulsive. Pour le moment, il n’y a pas de cause identifiée. Certains chercheurs pensent que la MSIE est suite à une crise provoquant un rythme cardiaque irrégulier. Des études plus récentes ont suggéré plutôt des théories face à la suffocation après une crise où la respiration a été altérée.

Il n’y a pas de traitement disponible pour prévenir la MSIE. Toutefois, en optimisant le contrôle de l’épilepsie est la meilleure manière de faire pour empêcher la MSIE. Rassurons-nous, pour la plupart des personnes vivant avec l'épilepsie, la maladie est souvent bien contrôlée donc moins à risque de ce phénomène qui est peu fréquent.

Référence : Epilepsy Foundation